incapable

incapable [ ɛ̃kapabl ] adj.
• 1464; de 1. in- et capable
1Qui n'est pas capable (par nature ou par accident, de façon temporaire, durable ou définitive). impuissant, inapte, inhabile (à). — INCAPABLE DE. Être incapable de faire qqch. Fam. infichu, infoutu (cf. Être hors d'état de, ne pas être en mesure; être dans l'impossibilité; ne pas pouvoir; fam. ne pas être fichu, foutu de). L'homme « est incapable de souffrir ou d'être heureux longtemps. Il n'est donc capable de rien qui vaille » (Camus). Être incapable de faire un travail. incompétent, maladroit. Être incapable de résister à une envie. Rendre qqn incapable de faire qqch. empêcher. Il est incapable de mentir, dans l'impossibilité morale de mentir.
(Suivi d'un subst.) Incapable de générosité, de réflexion. Je la sais incapable d'une telle action. « Je suis incapable d'amour, incapable d'amitié » (Duhamel).
2(XVIe) (Choses) Vx Qui n'est pas susceptible de. Une terre incapable de rien produire. « Des mots incapables d'être définis » (Pascal).
3Absolt Qui n'a pas l'adresse, l'aptitude, la capacité nécessaire. Un homme incapable.
Subst. Un, une incapable. ignorant, médiocre, nullité. Bande d'incapables ! (cf. Bon à rien).
4Dr. Inapte à jouir d'un droit ou à l'exercer ( incapacité). Majeurs incapables : aliénés, faibles d'esprit, prodigues. Subst. Les incapables ( 1. interdit, 1. mineur) .
⊗ CONTR. Capable; apte, habile.

incapable adjectif Qui n'est pas en état ou en mesure de faire ou d'éprouver quelque chose : Un enfant incapable d'attention. Qui n'est pas susceptible de produire tel ou tel effet : Un bateau incapable de flotter.incapable (synonymes) adjectif Qui n'est pas susceptible de produire tel ou tel effet
Synonymes :
Contraires :
incapable adjectif et nom Qui n'a pas les aptitudes, les compétences nécessaires : C'est un incapable, il ne fera jamais rien. Personne frappée d'une incapacité légale ou judiciaire. ● incapable (expressions) adjectif et nom Incapable majeur, majeur qu'une altération de ses facultés mentales ou corporelles met dans l'impossibilité de pourvoir seul à ses intérêts, ou qui, par sa prodigalité, son intempérance ou son oisiveté, s'expose à tomber dans le besoin. Incapable mineur, mineur non émancipé. ● incapable (synonymes) adjectif et nom Qui n'a pas les aptitudes, les compétences nécessaires
Synonymes :
- borné

incapable
adj. et n.
d1./d Qui n'est pas capable.
Incapable de. Incapable d'attention. Incapable de parler. Incapable de trahir.
|| Subst. Personne qui n'a pas les compétences requises pour un travail, une activité donnés. Renvoyez tous ces incapables!
d2./d DR Qui n'a pas la capacité légalement exigée pour l'exercice ou la jouissance de certains droits.
|| Subst. Un(e) incapable majeur(e).

⇒INCAPABLE, adj.
A. — Absol. [En parlant d'une pers. désignée par son activité ou par réf. à son activité] Qui n'a pas les qualités, les aptitudes requises pour une activité, un état, une fonction. Chef, dirigeant incapable. Un monarque foible et amateur de son peuple, étoit aisément trompé par des ministres incapables ou méchants (CHATEAUBR., Essai Révol., t. 2, 1797, p. 70). Lopez avait peu d'illusions sur ses qualités de chef (...). Lopez était incapable, mais avec courage et bonne volonté (MALRAUX, Espoir, 1937, p. 660). V. aider ex. 5 :
1. Il est vrai de dire qu'à quelques-unes des affaires précédentes le chef des jurés s'était montré bien fâcheusement incapable et que, par suite de ses incompréhensions, de ses hésitations, de ses maladresses, la délibération et les votes avaient été d'une lenteur exaspérante.
GIDE, Souv. Cour d'ass., 1913, p. 645.
P. ext. Qui est sans qualités, sans talent, sans habileté. Synon. bon à rien. Les fantoches incapables et stupides stigmatisés chaque jour par la presse (VOGÜÉ, Morts, 1899, p. 190). Les journaux allemands de l'été 40 (...) nous représentaient comme une nation « négrifiée », comme un peuple décadent, fainéant et incapable (AMBRIÈRE, Gdes vac., 1946, p. 189) :
2. Elle répondait invariablement : « mais je n'ai rien, absolument rien. D'ailleurs si j'avais quelque sujet de mécontentement, ce serait à toi de le deviner. Je n'aime pas les hommes qui ne comprennent rien, qui sont tellement mous et incapables qu'il faut venir à leur aide pour qu'ils saisissent la moindre des choses ».
MAUPASS., Contes et nouv., t. 1, Serre, 1883, p. 675.
Emploi subst. Les incapables et les méchants. Ta République, (...) un ramassis d'incapables et d'impuissants, une ordure (ARNOUX, Double chance, 1958, p. 165). Dans l'économie de concurrence, la faillite élimine l'incompétent ou l'incapable (PERROUX, Écon. XXe s., 1964, p. 622) :
3. Les traîtres seront connus, flétris, les coupables de tout rang punis selon les lois, les incapables seront chassés, et la France, plus forte, mieux servie, contente d'elle-même, retrouvera parmi les peuples le grand renom des temps passés.
CLEMENCEAU, Vers réparation, 1899, p. 535.
B. — Incapable de (qqc.)
1. [En parlant d'animés; p. méton. d'une faculté] Qui n'est pas capable (par nature ou par accident, de façon temporaire, durable ou définitive).
a) [Le compl. désigne un acte ou un procès actif] Qui n'est pas apte, qui n'est pas en état ou qui n'a pas la possibilité de (faire quelque chose).
Incapable de + inf. Incapable d'agir, de comprendre, de se concentrer, de se contenir, de faire, de parler, de penser, de réagir. L'homme s'élève à un troisième degré de sociabilité auquel les animaux sont incapables de parvenir (PROUDHON, Propriété, 1840, p. 303). Ce talent nerveux, (...) inégal, plein de soubresauts, et incapable d'atteindre au repos (GONCOURT, Ch. Demailly, 1860, p. 74) :
4. Incapable de lire, d'écrire, de me promener, je passe presque tout le jour étendu sur mon lit, accaparé par la douleur. À quel point la souffrance replie l'être sur lui-même...
GIDE, Journal, 1935, p. 1225.
Incapable de + subst. Incapable d'action, de critique, de (tout) mouvement, de travail, du moindre travail. C'était un homme d'un caractère résigné, (...) incapable d'un effort prolongé, nonchalant dans ses affaires (MAUPASS., Contes et nouv., t. 2, Denis, 1883, p. 844). Schubert reste ce demi-lyrique, incapable de systématisation, qu'il avait toujours été (BÉGUIN, Âme romant., 1939, p. 119) :
5. Il y avait toujours des morceaux superbes, il était content de celui-ci, de celui-là, de cet autre. Alors, pourquoi de brusques trous? Pourquoi des parties indignes (...)? Et il se sentait incapable de correction, un mur se dressait à un moment, un obstacle infranchissable, au-delà duquel il lui était défendu d'aller.
ZOLA, Œuvre, 1886, p. 226.
En partic. [Le compl. verbal ou nom. désigne une action mor. condamnable] Qui est dans l'impossibilité morale de (faire quelque chose). Elle était probe et incapable de tromper (LAMART., Confid., 1849, p. 273). Cette classe d'hommes est en effet par sa nature incapable de cabale et de menées de club (NIZAN, Chiens garde, 1932, p. 78).
b) [Le compl. subst. désigne un état ou une attitude psychol.] Qui n'est pas apte, qui n'est pas en état (d'éprouver ou de faire preuve de quelque chose). Incapable d'attention, d'application, de crainte. Le ménage (...) souffrait des mille froissements de deux tempéraments nerveux, incapables d'équilibre dans la joie et dans la douleur (ZOLA, Joie de vivre, 1884, p. 1052). Ces vies sont habituellement l'apanage d'êtres incapables d'énergie (PROUST, Prisonn., 1922, p. 44). V. banal ex. 4 :
6. Quand on est incapable de grands crimes, on est incapable de sainteté. Cette vérité de M. de La Palisse, dépasse les moyens d'un professeur de philosophie religieuse venu de fort loin pour nous instruire.
BLOY, Journal, 1903, p. 187.
c) Vieilli. [Le compl. verbal désigne un état ou un procès passif] Qui n'est pas susceptible de (subir quelque chose). En prononçant ces paroles, il s'était rendu incapable d'être utile à la chose publique (STAËL, Consid. Révol. fr., t. 2, 1817, p. 203). Les cris émeuvent à peine tant d'autres malheureux incapables d'être distraits de leurs propres souffrances (LATOUCHE, L'HÉRITIER, Lettres amans, 1821, p. 97). Il me faut une âme absolument incapable d'être étouffée (CLAUDEL, Soulier, 1944, 1re part., 2e journée, 5, p. 1013).
d) Rare. [En parlant d'une pers.] Qui ne peut recevoir (quelque chose). Incapable d'aliments, je recevais d'elle [l'Italie] encore la seule nourriture que je supportasse, l'air vivifiant et la lumière (MICHELET, Oiseau, 1856, p. XLVI). Je m'applaudis quelquefois d'être si pauvre et si incapable des trésors de la connaissance accumulée (VALÉRY, Variété II, 1929, p. 226).
2. [En parlant d'une chose, d'un procès]
a) [Le compl. désigne un procès actif] Qui n'a pas les propriétés requises pour (faire quelque chose), qui ne parvient pas à (faire quelque chose). Synon. impropre.
Incapable de + inf. Le plaisir est incapable de créer de toutes pièces un penchant (DURKHEIM, Division trav., 1893, p. 48). Dans la plupart des cas, les graines des espèces fruitières sont incapables de germer dès leur extraction du fruit mûr (BOULAY, Arboric. et prod. fruit., 1961, p. 54) :
7. Nous avons vu que les sondages étaient incapables d'épuiser l'huile contenue dans un gisement. Le sable retient par absorption 40 % de pétrole qu'il est impossible d'extraire pratiquement.
CHARTROU, Pétroles natur. et artif., 1931, p. 62.
Incapable de + subst. La maladie naît, (...) dans les états chroniques, d'une baisse fonctionnelle de l'organisme devenu incapable d'un fonctionnement optimum (MOUNIER, Traité caract., 1946, p. 214).
b) Rare. [Le compl. désigne un état ou un procès passif]
Incapable de + inf. Il est évident que l'homme qui pourrait épargner une somme sur ses revenus, la dépensera, si cette somme devient incapable d'être employée avec profit (SAY, Écon. pol., 1832, p. 401).
Incapable de + subst. Purement isolé, [un fait social] reste inévitablement à l'état stérile de simple anecdote, susceptible tout au plus de satisfaire à une vaine curiosité, mais incapable d'aucun usage rationnel (COMTE, Philos. posit., t. 4, 1839-42, p. 340).
C. — DR. [Avec ou sans compl. prép.] Qui est privé par la loi de la jouissance ou de l'exercice de certains droits. Si une personne capable de contracter accepte le dépôt fait par une personne incapable, elle est tenue de toutes les obligations d'un véritable dépositaire (Code civil, 1804, art. 1925, p. 347). Sont inéligibles d'une manière absolue, c'est-à-dire sont incapables de faire partie d'une assemblée départementale ou d'arrondissement : 1. Les individus privés du droit électoral... (BACQUIAS, Conseil gén. et conseil arrondiss., 1934, p. 89).
Emploi subst. Toute disposition au profit d'un incapable sera nulle, soit qu'on la déguise sous la forme d'un contrat onéreux, soit qu'on la fasse sous le nom de personnes interposées (Code civil, 1804, art. 911, p. 165). Les incapables de contracter sont, les mineurs, les interdits, les femmes mariées, dans les cas exprimés par la loi (Code civil, art. 11241804, p. 203).
REM. Incapablement, adv., hapax. La conscience, qu'a le peuple, d'avoir été incomplètement et incapablement défendu par le gouvernement de la Défense Nationale (GONCOURT, Journal, 1871, p. 782).
Prononc. et Orth. : []. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. 1. 1464 adj. dr. « inapte à jouir d'un droit ou à l'exercer » (Prétensions des Anglois à la Couronne de France, éd. Major Anstruther, Londres, 1847, p. 116 ds BARTZSCH, p. 140); 1803 subst. (Code civil, art. 201 [loi du 13 floréal an XI], Paris, p. 43); 2. a) 1517 « qui n'est pas capable » (J. BOUCHET, Chapelet des princes, f° 35 r° ds GDF. Compl.); 1718 absol. (Ac. : un homme incapable); 1821 subst. (CHATEAUBR., Corresp., t. 2, p. 211 : les incapables de la diplomatie); b) 1581 spéc. « qui est dans l'impossibilité morale (de faire quelque chose de mal) » (MONTAIGNE, Trad. de R. Sebon, chap. 234 ds HUG. : l'homme estoit [...] incapable de tout mal); 3. 1541 en parlant de qqc. « qui n'est pas susceptible de » (MICHEL DE TOURS, Trad. de Suétone, VI, 198 v°, ibid. : es vergiers incapables de si grand nombre [ici : « qui ne peut contenir »]). Dér. de capable; préf. in-1. Cf. lat. chrét. incapabilis « insaisissable, incompréhensible, qu'on ne peut saisir, contenir; qui n'est pas capable de ». Fréq. abs. littér. : 3 182. Fréq. rel. littér. : XIXe s. : a) 3 134, b) 2 421; XXe s. : a) 5 661, b) 6 156. Bbg. JOURJON (A.). Rem. lexicogr. R. Philol. fr. 1917-18, t. 30, pp. 74-75.

incapable [ɛ̃kapabl] adj. et n.
ÉTYM. 1464, en dr.; de 1. in-, et capable.
1 (1517). Qui n'est pas capable (par nature ou par accident, de façon temporaire, durable ou définitive). Imbécile (vx), impuissant, inapte, inepte (vx), inhabile (à).
a Incapable de (et inf.). || Être incapable d'agir, de faire qqch. (→ Être hors d'état, ne pas être en mesure de…; être dans l'impossibilité de…; ne pas pouvoir; et, fam., ne pas être fichu, foutu de…). || Rendre qqn incapable de faire qqch. Empêcher; → Lier les mains à qqn. || Corps que la maladie rend incapable de lutter (→ Blesser, cit. 15). || Être incapable de se tenir debout, de marcher, de soulever un poids. || Incapable de voir, d'entendre (→ 1. Foudre, cit. 9). || Incapable de comprendre (cit. 12), de se faire (cit. 248) une opinion. || Incapable de s'imaginer (→ Autrement, cit. 3). || Être incapable de venir en aide à qqn, de soulager ses ennuis (cit. 3).Être incapable de faire un travail par incompétence, maladresse. Incompétent, maladroit, malhabile; → Ne pas s'y entendre, n'être pas qualifié pour…; ne pas savoir. || Il est incapable de traduire deux lignes de Virgile, de remplir cette fonction, de sauter plus d'un mètre dix.Être incapable d'apprécier un geste (cit. 19) désintéressé, de résister à une envie (→ Engouer, cit. 6). || Incapable d'aimer (→ Expansif, cit. 3; frigide, cit. 5).Incapable de mentir (→ Accuser, cit. 10), de tuer (→ Goût, cit. 36), de faire une mauvaise action, dans l'impossibilité morale de…
(Incapacité de nature). || Les animaux, incapables de former des associations (cit. 15) d'idées. || Les hommes, incapables de ne pas souhaiter le bonheur (cit. 11), de concevoir le néant et l'infini (→ Homme, cit. 51, Pascal).
1 L'homme n'est pas digne de Dieu, mais il n'est pas incapable d'en être digne.
Pascal, Pensées, VII, 510.
2 On a l'impression qu'il (l'homme) est capable de tout (…) — Mais non, il est incapable de souffrir ou d'être heureux longtemps. Il n'est donc capable de rien qui vaille.
Camus, la Peste, p. 179.
b Vx ou littér. || Incapable de (suivi d'un n.). || Être incapable de réflexion, d'une pensée, d'une objection (→ Éreinter, cit. 7; fascination, cit. 4). || Incapable de travail (→ Farouche, cit. 4), d'héroïsme (cit. 7), de grandes choses (→ Appliquer, cit. 21). || Être incapable d'originalité (→ Fantaisiste, cit. 2), de vie intérieure (→ Affoler, cit. 4). || C'est un homme absolument incapable de générosité. || Souffrances dont sont incapables les âmes vulgaires (→ Élite, cit. 6).Incapable d'un mensonge, d'une feinte (cit. 3), d'une friponnerie (cit. 3).
3 Il est temps de faire voir que tout ce qui est mortel (…) est par son fond incapable d'élévation.
Bossuet, Oraison funèbre de Henriette d'Angleterre.
4 (…) l'ignorance qui est leur caractère, les rend incapables des principes les plus clairs et des raisonnements les mieux suivis.
La Bruyère, les Caractères, XVI, 36.
5 J'ai vu des hommes incapables de sciences (dit Confucius), je n'en ai jamais vu incapables de vertus.
Voltaire, Dict. philosophique, Philosophe, I.
6 Sa surprise fut si grande, si prompte la déception même de sa crainte, qu'il resta une seconde encore ridiculement accroupi dans la boue froide, incapable d'aucun mouvement, d'aucune pensée.
Bernanos, Sous le soleil de Satan, I, III, p. 155.
7 Je ne pourrai jamais faire de ma vie quelque chose de pur, quelque chose de propre. Je suis incapable d'amour, incapable d'amitié, à moins qu'amour et amitié ne soient de bien pauvres, de bien misérables sentiments.
G. Duhamel, Salavin, I, XXI.
REM. 1. De nos jours, incapable ne s'emploie qu'avec des noms exprimant une action, une opération (intellectuelle, morale…), une qualité. On n'écrirait plus « incapable de sciences, d'un principe », comme le font La Bruyère et Voltaire (cf. aussi « Incapable d'un remède », Corneille, Mélite, 2; « incapable de Dieu », Pascal, Pensées, IV, 286). 2. La tournure incapable ni d'une chose ni d'une autre est vieille (→ Bonheur, cit. 11).
2 (1541). Vx. (Choses). Qui n'est pas susceptible de… || Une terre incapable de rien produire (Académie). || L'atome (cit. 7), particule « incapable d'être divisée » (Voltaire). || La charité est incapable de suffire à cette tâche (→ Chômeur, cit. 2). || Phrase incapable d'exprimer la passion (→ Épurer, cit. 11).Peuple incapable de civilisation (→ Biblique, cit. 3).
8 (…) il y a des mots incapables d'être définis (…)
Pascal, Opuscules, III, XV, De l'esprit géométrique, I, I.
9 Ces terres trop remuées et devenues incapables de consistance, sont tombées de toutes parts, et n'ont fait voir que d'effroyables précipices.
Bossuet, Oraison funèbre de la reine d'Angleterre.
10 Nos désirs qui souvent se portent à des choses incapables de nous contenter (…)
Bourdaloue, Pensées, t. I, p. 378, in Littré.
11 Aujourd'hui, par un faux purisme, on hésite à employer incapable en ce sens, et l'on dit non susceptible; à tort, car l'usage des meilleurs écrivains et l'étymologie le justifient également.
Littré, Dict., art. Incapable.
3 (1762). Absolt. (Personnes). Qui n'a pas l'adresse, l'aptitude, la capacité nécessaire. || Un homme incapable.
12 Le fisc d'une part, la féodalité de l'autre, semblaient lutter pour l'abrutir (le peuple) sous la pesanteur des maux. La royauté lui avait ôté la vie municipale, l'éducation que lui donnaient les affaires de la commune. Le clergé, son instituteur obligé, depuis longtemps ne l'enseignait plus. Ils semblaient avoir tout fait pour le rendre incapable, muet, sans parole et sans pensée, et c'est alors qu'ils lui disaient « Lève-toi maintenant, marche, parle ».
Michelet, Hist. de la Révolution franç., I, I.
N. (1821). || Un incapable, une incapable. Ganache (2., vx), ignorant, mazette, médiocre, 2. ringard (fam.), sire (pauvre sire). || C'est un incapable, un parfait incapable. || Vous êtes tous des incapables, des bons à rien.
4 (1464, premier sens attesté). Dr. Inapte à jouir d'un droit ou à l'exercer ( Incapacité). || Majeurs incapables : aliénés, faibles d'esprit, prodigues. || La femme mariée était considérée comme incapable jusqu'en 1938. || Être incapable de contracter, de disposer de son bien.N. || Les incapables de contracter (cit. 3, Code civil). Absolt. || Les incapables ( Interdit, mineur; → Assistance, cit. 6). || Le curateur, le tuteur d'un incapable ( Curatelle, tutelle). || Émancipation d'un incapable.
13 Les incapables de jouissance sont ceux qui ne peuvent, d'après la loi, jouir d'un droit, c'est-à-dire en être titulaires (…) notre droit a connu autrefois deux incapacités de jouissance générales, concernant les individus, celles qui résultaient de l'esclavage ou de la mort civile (…) il subsiste des incapacités de jouissance spéciales (…)
Julliot de La Morandière, Précis de droit civil, t. I, p. 329.
14 (…) le code civil de 1804 considérait la femme une incapable. Cette règle a été abolie par la loi du 18 février 1938. Mais le principe nouveau a été rendu plus complet dans ses applications et plus efficace par la loi du 22 septembre 1942.
Julliot de La Morandière, Précis de droit civil, t. I, p. 192.
CONTR. Capable. — Apte, habile.

Encyclopédie Universelle. 2012.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Incapable — In*ca pa*ble, a. [Pref. in not + capable: cf. F. incapable, L. incapabilis incomprehensible.] [1913 Webster] 1. Lacking in ability or qualification for the purpose or end in view; not large enough to contain or hold; deficient in physical… …   The Collaborative International Dictionary of English

  • incapable — in·ca·pa·ble adj: lacking legal qualification or power (as by reason of mental incompetence) see also incapacity Merriam Webster’s Dictionary of Law. Merriam Webster. 1996. incapable …   Law dictionary

  • incapable — [in kā′pə bəl] adj. [LL incapabilis] not capable; specif., a) lacking the necessary ability, competence, strength, etc. b) not legally qualified or eligible incapable of 1. not allowing or admitting; not able to accept or experience [incapable of …   English World dictionary

  • incapable — (adj.) 1590s, from M.Fr. incapable and directly from M.L. incapabilis, from in not (see IN (Cf. in ) (1)) + capabilis (see CAPABLE (Cf. capable)). Related: Incapably; incapability …   Etymology dictionary

  • incapable — adj Incapable, incompetent, unqualified mean mentally or physically unfit, or unfitted by nature, character, or training, to do a given kind of work. Except for this denial of fitness the terms otherwise correspond to the affirmative adjectives… …   New Dictionary of Synonyms

  • incapable — Incapable. adj. de tout genre, Qui n est pas capable. Il a toutes les significations contraires à celles de son simple, excepté celle qui regarde les choses materielles; car on ne dira pas, Cette eglise, cette salle est incapable de tenir tant de …   Dictionnaire de l'Académie française

  • incapable — ► ADJECTIVE 1) (incapable of) lacking the ability or required quality to do. 2) unable to behave rationally. DERIVATIVES incapability noun …   English terms dictionary

  • Incapable — In*ca pa*ble, n. One who is morally or mentally weak or inefficient; an imbecile; a simpleton. [1913 Webster] …   The Collaborative International Dictionary of English

  • incapable — [adj] not adequate; helpless butterfingers*, disqualified, feeble, impotent, inadequate, incompetent, ineffective, ineligible, inept, inexperienced, inexpert, inproficient, insufficient, losing, naive, not equal to, not up to*, poor, powerless,… …   New thesaurus

  • INCAPABLE — adj. des deux genres Qui n est pas capable, qui n est pas en état de faire une chose. Il est incapable de se tenir debout, de marcher, de courir. Cet enfant, ce cheval est incapable de porter un si grand fardeau.   Il signifie particulièrement,… …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 7eme edition (1835)

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.